Comment vous êtes-vous retrouvés avec la famille Delon?
En fait, j'ai une formation technique avec un diplôme d'ingénieur-?nologue à l'Université de Bordeaux. Ceci m'a donné l'opportunité de faire différents stages dans la région.

Après ma formation j'ai surtout voulu élargir mon horizon et je suis allé en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Bourgogne, dans le Rhône, ... ce qui m'a donné de nouvelles idées. Finalement, j'avais toujours prévu de revenir à Bordeaux. En 2004, je suis revenu avec beaucoup d'expérience technique. Sans m’y attendre (mais heureusement), j'ai immédiatement trouvé du travail chez un courtier en vins de Grand Crus.

C'est à ce moment que j'ai rencontré M. Jean-Hubert Delon, il y a déjà 15 ans. Notre premier contact a été par téléphone. Au cours de notre conversation, il m'a posé de plus en plus de questions jusqu'à ce qu'il m'invite à déjeuner au domaine de Léoville Las Cases en 2005. Je ne l'avais jamais rencontré personnellement, mais je le connaissais de sa bonne réputation.

Quand je suis arrivé dans la salle à manger, je n’ai vu que 2 places à la table et 15 verres à vin pour moi. M. Delon m'a alors fait goûter tout à l’aveugle. Nous avons passé un merveilleux après-midi ensemble et je suis parti à 6 heures. Mon taxi était déjà parti sans moi. Juste pour vous donner une idée de cette rencontre fantastique et de la grande impression qu'il m'a laissée.

Après mon expérience avec le courtier en vins, j'ai commencé à travailler comme directeur des exportations pour un marchand de vin. J'ai entretenu de très bonnes relations avec M. Delon pendant toute cette période.

C'est en 2011 que M. Delon m'a proposé de rejoindre son équipe, où j'ai débuté en tant que directeur commercial. C’était une de ses fonctions avant que je ne commence à travailler pour l’entreprise. J'ai exercé cette fonction jusqu'à présent, mais à partir de maintenant, j'assume la fonction de directeur général.

M. Delon vous a récemment confié ce poste de gestionnaire, est-il toujours actif?
Oui, il est toujours actif et il est présent tous les jours à Léoville Las Cases, même pendant les mois d'été. Il est là plus que moi, puisque j'assume différentes missions à l'étranger. Il ne manque aucune dégustation pour les assemblages de ses domaines viticoles. Bref, il est certainement toujours présent au domaine.

Vous gérez quatre domaines viticoles différents, chacun avec une autre surface (terroir). Pouvez-vous expliquer la différence entre ces domaines?
Un des domaines est une vraie exception puisqu'il est situé sur la rive droite, Château Nénin à Pomerol est beaucoup plus petit que les deux autres. Actuellement, ce domaine compte 30 hectares en production, ce qui est en soi excellent pour la région de Pomerol (La taille moyenne d'un domaine à Pomerol est de +/- 2 hectares). Une autre différence sont les raisins utilisés, ici nous avons principalement planté des raisins Merlot (70%), bien que nous avons ajouté de plus en plus de Cabernet Francs ces derniers temps.

C'est aussi l'acquisition la plus récente des domaines Delon, puisqu'ils ont acheté ce domaine en 1997. Léoville Las Cases est dans la famille depuis la fin du XIXe siècle et Potensac fait même partie de la propriété de la famille depuis beaucoup avant. Ce dernier a été transmis de génération en génération à la fille aînée de la famille, Jean-Hubert Delon a donc hérité ce domaine de sa belle-mère.

Dans le Médoc, nous avons Léoville Las Cases, où nous produisons le grand vin bien sûr, mais ici nous faisons aussi le Clos du Marquis, que nous devons considérer comme un vin différent de celui de Léoville Las Cases. Nous disons que 2 grands vins sont produits sur le domaine et 1 second vin (Le Petit Lion du Marquis de Las Cases).

Les raisins du Clos du Marquis proviennent d'un terroir différent, à 200 mètres de Léoville Las Cases. Le sous-sol a moins d'argile et un type de gravier différent sur le sol, moins de complexité, moins de richesse et est plus éloigné de la rivière "Gironde" que le Grand Vin. Le Petit Lion est principalement fait des raisins qui n'ont pas été sélectionnés pour le Grand Vin, nous pouvons donc considérer ce vin comme un véritable deuxième vin du domaine.

Environ 80% de Cabernet Sauvignon est cultivé dans les deux domaines, à la différence que le Léoville las Cases contient un peu plus de Cabernet Franc et le Clos du Marquis plus de Merlot.

Si vous devez choisir entre la rive gauche ou la rive droite, que choisissez-vous?
C'est la demande à un million, et il est donc toujours difficile d’y répondre.

Mais si je le dois vraiment, j'avoue que je préfère les vins issus du cépage Cabernet. Ce qui est, bien sûr, un choix purement personnel, car chaque individu a un goût différent. Dans ce Cabernet, je cherche cette acidité plus élevée, plus de peps, des tensions un peu moins présentes que dans le cépage Merlot, qui est un peu plus rond. Mais encore une fois, c'est vraiment un choix personnel.

Vous avez plusieurs Léovilles comme voisins, Léoville Poyferré et Léoville Barton, et chacun d'entre eux est devenu 2ème Grand Cru Classé selon le classement de 1885, que vous avez abandonné. Qu'est-ce qui différencie Las Cases des autres domaines?
Auparavant, il y avait un domaine appelé Domaine de Léoville. C'était le plus ancien domaine du Médoc. Il a été déchiqueté pendant la Révolution française en 1789. Il a ensuite été divisé en trois dans la période de 1810 à 1840. Plus tard, chacun d'entre eux est devenu 2e Grand Cru classé en 1855. Du domaine d'origine Léoville las Cases a 60% en mains. Et le c?ur de cet ancien domaine fait encore partie du domaine actuel. Vous pouvez toujours reconnaître ceci aujourd'hui au mur bien connu qui entoure le vignoble dont la porte qui figure encore sur nos étiquettes. Ce vignoble est situé près de la rivière et se situe près de Pauillac avec le château Latour. Bien que les deux vins soient différents, je tiens à souligner la qualité de notre emplacement et la différence avec les deux autres Léoville.

Pouvez-vous me donner une description de chacun de vos domaines viticoles et de ce qui les rend si spéciaux?
Commençons par Léoville Las Cases:

Ce que j'aime est le fait qu'il est basé à Pauillac et a donc un mélange de styles par rapport aux autres Saint-Juliens; J'ose dire que nous avons la complexité et le raffinement d'un Saint-Julien avec des influences de la force d'un Pauillac.

Cela nous est confirmé régulièrement par des visiteurs qui disent pouvoir reconnaître notre vin à l’aveugle, grâce à cette grande différence et à cette typicité.

Clos du Marquis, est plus loin par rapport à la Gironde, et a une surface différente et ici je dirais que c'est un vin sophistiqué, complexe, typique Saint-Julien avec un peu moins de force par rapport à Léoville Las Cases.

A Potensac, nous sommes au nord du Médoc, juste au-dessus de Saint-Estephe.

C'était le seul Cru Bourgeois Exceptionnel de l'appellation Médoc, lorsque cette classification était encore en vigueur. Nous voici avec une surface sablonneuse d'argile et de chaux et une distribution 50/50 de Merlot et de Cabernet. Le vin est un vin typique du Médoc.

Et enfin, Château Nénin à Pomerol, dont le prestige a énormément augmenté ces derniers temps. Ici, nous essayons, comme pour tous nos autres domaines, de faire un vin typique de la région, avec le plein respect pour le sous-sol et la nature qui l'entoure. C'est devenu un vrai grand Pomerol.


Cliquez ici pour un aperçu des vins de la famille Delon.